rt
 


CHAPITRE INTRODUCTIF
CROISSANCE, DEVELOPPEMENT ET CHANGEMENT SOCIAL


I – LA CROISSANCE ECONOMIQUE

1. Définition et mesure
A l’appui : rappels de 1ère,. Manuel : p. 34 le PIB n’est pas un BIB
2. La croissance, un phénomène récent, d’origine occidentale
A l’appui : dossier documentaire : document 1 ; manuel : fiche n°5 p. 25

II –CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

1. Le développement : une notion qualitative
2. … Mais que l’on essaie de mesurer
A l’appui : manuel fiche n°4 p 36
3. De la croissance au développement
A l’appui : Manuel, fiche outil n°1 p.31 jusqu’au I.

III – CROISSANCE, DEVELOPPEMENT ET CHANGEMENT SOCIAL

1. Les transformations sociales qui favorisent la croissance et le développement
2. Les conséquences de la croissance et du développement sur les structures sociales

A l’appui : dossier documentaire, document 2, document 3, graphique 1.

CONCLUSION

A l’appui : texte du manuel p. 10 § X.

Notions


Objectifs du chapitre

Comme on peut le vérifier en lisant le programme, l’objectif du chapitre est de définir et de mettre en relation trois termes centraux dans le programme de terminale : croissace développement et changement social, alors que par souci de clarté on séparera ensuite ces notions pour les étudier de façon distincte.
Un autre objectif de ce chapitre est de montrer ce qu’est le monde d’aujourd’hui par rapport à celui d’il y a 200 ans : un monde en évolution constante et très rapide, tant dans sa dimension économique que sociale. Si on prend un objet comme celui que vous avez étudié en seconde, la famille, l’ampleur des transformations que l’on a connues en France depuis 1960 dépasse de beaucoup les changements survenus auparavant en plusieurs siècles (faire citer ses transformations : recul du mariage, montée du divorce, montée des naissances hors mariage, généralisation de modes de contraceptions efficaces, …). Ces changements sont liées à des transformations économique : accès des femmes au marché du travail., notamment, qui est favorisé par le développement des services, l'augmentation du niveau de vie … Si on se penche vers le monde économique : accélération du rythme du progrès technique : ex : obsolescence prévisible du CD, format commercialisé depuis 1983, qui a détrôné en 5 ans le vinyle qui existait depuis 1946. Conséquence : transformation des modes d’accès à la musique (disparition des albums ?). Toute l’histoire de l’informatique depuis les 70s’ montre la même chose qui implique une révolution dans l’accès à l’information.
Autre aspect à évoquer : comment ces changements bénéficient-ils à la population ? D’après la Banque Mondiale qui publie chaque année un rapport sur le développement, en 2004, la moitié de l’humanité vivait avec moins de 2 $ par jour et 1,1 milliard de personnes avec moins de 1 $ ! !

Question 1 : en quoi l'accès des femmes au marché du travail est-il favorisé par l'augmentation du niveau de vie ? Correction

I – LA CROISSANCE ECONOMIQUEretour haut de page

Cette partie renvoie à des notions vues en classe de première.

1. Définition et mesureretour haut de page

a) La croissance : un phénomène quantitatif

Définition de la croissance : « augmentation durable et cumulative de la quantité de biens et de services produite dans une économie donnée. »

 

Rem : le caractère durable de la croissance la distingue de l'expansion, phénomène de court terme. Toutefois dans le langage courant, lorsque l'on parle de la croissance française, il s'agit parfois de court terme, voire de très court terme (un an, un trimestre...). Ici nous nous intéresserons surtout au long terme (30, 50 ans voire plus...)

Rem : la croissance est un phénomène quantitatif, donc on peut a priori le mesurer voir rappels grâce au taux de croissance, qui est le taux de croissance annuel du PIB en volume, c’est-à-dire, corrigé de l’augmentation des prix. Souvent d’ailleurs quand on parle de croissance c’est à ce taux qu’il est fait allusion.

b) Mais dont la mesure est critiquable

La mesure de la croissance s'appuie sur le PIB. Celui-ci, comme tout indicateur économique - rappelez-vous votre cours de seconde sur la mesure du chômage - est une construction qui ne peut mesurer que ce pour quoi il est conçu.

 

Lire le texte du Manuel : Le PIB n'est pas un BIB, p. 34 et répondre aux deux question suivantes :

Question 2 : Quelles sont les principales critiques adressées au PIB ? Correction

Question 3 : ces critiques sont-elles fondées selon l'auteur ? Correction

Conclusion : même s'il souffre de certaines imperfections dont certaines sont gênantes, le PIB reste un indicateur pertinent pour mesurer l'efficacité des politiques économiques. Pour mesurer l'effet de ces politiques sur la population et son bien-être il faut se tourner vers d'autres indicateurs. Autrement dit le PIB est un indicateur de moyens et non de résultats. Par ailleurs, la croissance en elle-même a des effets nocifs, qui ne sont pas mesurés économiquement, comme on le verra dans le chapitre 1.

Question 4 Pour vérifier votre compréhension du texte et vous entrainer vous pouvez essayer de commenter en une dizaine de lignes le titre du texte "le PIB n'est pas un BIB". Je peux vous corriger si vous le souhaitez. le corrigé sera mis en ligne danbs une semaine

2. La croissance, un phénomène récent, d’origine occidentaleretour haut de page

Le texte de Jacques ADDA étudié en cours met en évidence la rupture que constitue dans notre histoire la Révolution Industrielle.

Définition de la Révolution Industrielle : basculement d’économies et de sociétés traditionnelles dans une ère nouvelle marquée par la transformation des méthodes de production et la croissance économique. Processus amorcé par le Royaume Uni à la fin du XVIIIe siècle.

C'est à partir de cette période qu'une croissance régulière et soutenue devient la situation considérée comme normale dans un certain nombre de pays. Ce phénomène creuse un écart considérable entre les pays qui ont connu la Révolution industrielle et les autres. Cet écart se creuse au cours du XIX° siècle, comme on peut le vérifier en reprenant les chiffres du TP n° 1. Dans les années 1950, l'économiste français Alfred Sauvy forge l'expression de Tiers-Monde - par analogie avec le Tiers-Etat, pour désigner ces pays qui sont restés en dehors de la croissance. Il fait également allusion par là à l'opposition entre les deux blocs de la guerre froide regroupés autour des Etats-Unis et de l'URSS, conflit par rapport au quel certains pays du Sud revendiquent une certaine indépendance ( mouvement des non-alignés). Aujourd'hui ce conflit a disparu et on parle plus volontiers de Pays en Voie de Développement (PVD) ou de Pays en Développement (PED).

L'utilisation d'une expression unique ne doit pas masquer une forte hétérogénéité de ces PVD. En effet si pour certains pays dits émergents (aujourd'hui la Chine, l'Inde, hier les quatre Dragons asiatiques, le Brésil... ) l'expression en voie de développpement a bien un sens, pour d'autres elle n'en a guère. Les organismes internationaux distinguent en effet les Pays les Moins Avancés (PMA) dont la majorité sont situés en Afrique, et dont la pauvreté extrême justifie des aides particulières.

On a montré qu’il existait un écart de croissance entre pays en voie de développement et pays développés : est-ce à dire que développement et croissance c’est la même chose ?

II – CROISSANCE ET DEVELOPPEMENTretour haut de page

Un article récent d'Alternatives Economiques (n ° 250, 09/06) attire notre attention sur le poids insuffisant à la naissance des enfants nés dans un certain nombre de PVD. On est ici immédiatement ramené à la dimension humaine des phénomènes économiques.

1. Le développement : une notion qualitativeretour haut de page

Définition 1 : « Le développement suppose une amélioration du bien-être de toute la population. Cette notion implique des transformations structucturelles de l'économie et de la société »

Définition 2 : Selon l’économiste F. Perroux,le développement résulte de « la combinaison de changements mentaux et sociaux de la population qui la rendent apte à faire croître cumulativement et durablement son produit réel global ». Il parle aussi du « développement de tout l’homme en chaque homme ».

Définition 3 : Le développement c'est le « développement de tout l’homme en chaque homme » (F. Perroux)

Ces définitions ont des points communs : elles renvoient toutes à la dimension humaine et sociale des transformations que l'on vient d'étudier, elles sont toutes de ce fait qualitatives plutôt que quantitatives. Par ailleurs certaines ajoutent une autre dimension qui peut être importante pour comprendre la notion de développement : la définition 3 attire par exemple notre attention sur le fait que le développement suppose une liberté politique, tandis que les définitions 1 et 3 nous montrent l'importance d'une certaine égalité dans la distribution des richesses.

 

2. Mais que l'on essaie de mesurer retour haut de page

Le développement a beau être une notion qualitative, il est important d'avoir un certain nombre de critères objectifs pour vérifier, par exemple que l'aide publique que l'on accorde aux pays en développement est efficace.

Définition : L'indicateur de développement humain est un indicateur composite qui fait la moyenne de trois indicateurs :

  • un indicateur de santé, mesuré par l'espérance de vie à la naissance
  • un indicateur d'éducation mesuré par la durée de scolarisation et l'alphabétisation
  • un indicateur de niveau de vie, mesuré par le PIB/hab, corrigé pour tenir compte du fait que plus le niveau de vie est élevé, moins une unité de revenu supplémentaire apporte de bien-être supplémentaire

Il se lit de la façon suivante : plus il est proche de 0 moins le niveau de développement humain d'un pays donné est satisfaisant, plus il est proche de 1 plus il est élevé. Il mesure de façon objective certains éléments qui participent au "bien-être" de la population (définition 1 du développement) et qui affectent aussi la croissance : santé et éducation sont des facteurs positifs pour la croissance (définition 3)

Cliquez ici pour consulter une carte de monde selon le niveau de l'IDH.

Reportez-vous à votre manuel (fiche-outil page 4) et comparez le classement des selon l'IDH et selon le PNB par habitant. Que nous apprend ce décalage ? Correction

Il existe d'autres indicateurs de développement : vous en trouverez quelques exemples en cliquant ici.


Mise à jour : le 2/10/06